La justice familiale doit être au coeur des Etats Généraux de la Justice prévus à l'automne 2021

  • Par jm2p
  • Le 30/01/2022
  • Commentaires (0)

L’association « J’aime mes 2 Parents » invite le Président de la République à prendre conscience que lorsque l’on parle des Etats Généraux de la Justice annoncés pour cet automne 2021, cela doit absolument englober la justice civile et donc celle de la famille et non se focaliser, encore et toujours essentiellement sur les sujets poussés médiatiquement et/ou qui font « le buzz », tels que la politique carcérale ou bien encore le monde du pénal et des féminicides, des violences (physiques) conjugales,…, compte tenu des événements relayés sur les médias nationaux, des grèves répétées et des mouvements sociaux divers de ces dernières années ! Outre l’urgence de venir en aide et de prendre les mesures qui s’imposent auprès des enfants victimes de violences et abus psychologiques lors des séparations parentales ultra-conflictuelles, violences qu’on ne voit pas, qu’on n’entend pas, et pourtant particulièrement redoutables et destructrices, il apparaît, clairement et indubitablement, que la justice familiale a trop souvent été délaissée et doit être enfin et consciencieusement « soignée » afin d’éviter tant de dysfonctionnements et de situations totalement anormales, pourtant subies, parfois même en totale inobservation et la non-application de jugements exécutoires rendus et de la loi elle-même et de conventions Européennes et internationales (La Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés Fondamentales, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant) que la France a pourtant ratifiées.

Hélas, puisque la justice d’aujourd’hui est de moins en moins capable de venir protéger les victimes de l’exclusion parentale, au cœur-même des séparations parentales et des divorces particulièrement conflictuels. engendrant drames et tragédies familiales, de plus en plus de parents victimes n’étant même pas reconnues, étant même méprisées par le système judiciaire, parce que les jugements rendus ne sont même pas appliqués (par exemple les non-représentations d’enfant) sont au bout du rouleau et les enfants sont profondément meurtris. Tant de familles sont détruites, mais aussi l’avenir émotionnel et possiblement l’avenir mental de tant d’enfants et d’adultes sont en jeu.

 

Ajouter un commentaire